Robot chien Astro

robot chien intelligent

Les scientifiques ont utilisé des technologies innovantes telles que l’impression 3D, l’apprentissage machine, l’intelligence artificielle et la robotique pour créer un chien robot intelligent appelé Astro. Ce chien a la capacité de reconnaître des choses, de percevoir des sons et de se développer grâce à un entraînement basé sur des données.

 

Tâches et équipements d’Astro

Le chien robot intelligent, encore appelé “chiot”, ne réagit actuellement qu’aux ordres tels que “assis”, “debout” et “couché”. Avec le temps, les scientifiques affirment que l’astro apprendra à comprendre et à répondre aux signaux de la main. Il sera également capable d’identifier différentes couleurs et de comprendre plusieurs langues. Leur but est même de lui donner la capacité de distinguer des visages humains et même de reconnaître d’autres chiens.

Astro sera capable d’interagir avec son environnement en temps réel grâce à des capteurs, des caméras et un microphone directionnel. Ces widgets techniques permettent à Astro de collecter des données environnementales dans de multiples instances, y compris l’optique, le son, le gaz et le radar.

Les principales tâches du chien robot Astro pourraient être la détection d’armes et d’explosifs pour soutenir le personnel de la police, de l’armée et de la sécurité. En plus des forces armées, Astro peut également être programmé comme chien d’assistance pour les malvoyants ou pour le suivi diagnostique médical. Les scientifiques forment également le chien robot aux premiers secours pour les missions de recherche et de sauvetage telles que la reconnaissance des ouragans et les manœuvres militaires.

Chien robot imprimé en 3d

Fonctionnalité du réseau neuronal intégré

L’équipe de scientifique a fixé la tête au système robotisé de Boston, qui représente le corps à quatre pattes du chien – produit par impression 3D. La tête est dotée d’un cerveau stimulé par ordinateur qui ne fonctionne pas selon les commandes préprogrammées du robot. Il utilise plutôt un “réseau neuronal profond”, qui correspond à un réseau de neuronne avec plusieurs “couches cachées”.

Cela fonctionne de telle manière que les nouvelles entrées vocales et les signaux visuels sont acheminés dans le réseau intelligent, puis comparés avec les données d’entraînement préalablement saisies. En fonction de la correspondance, les entrées sont ensuite pondérées, ce qui donne un résultat sur plusieurs critères de décision (couches). Le résultat final est une déclaration avec une certaine certitude (%), c’est-à-dire une sorte de pronostic basé sur les événements ou données perçus. En fonction du résultat, cette formation conduit le chien robot à apprendre à se comporter de manière à ce qu’il ait le potentiel pour effectuer des tâches utiles.

 


Pas le premier lien entre l’impression 3D et la robotique

Ces dernières années, l’impression 3D a contribué au développement de plusieurs robots basés sur l’intelligence artificielle. En raison de ses capacités de conception et de fabrication, cette technologie est également explorée dans le domaine de la robotique douce.

Une autre entreprise a elle-même a utilisé l’impression 3D pour développer son robot appelé “Atlas”, qui est très similaire à la façon dont les humains travaillent. Le robot a été développé à des fins de recherche et de sauvetage et peut marcher normalement, courir sur un terrain accidenté, sauter par-dessus des obstacles et se relever après une chute. L’impression 3D a joué un rôle important dans le développement des jambes d’Atlas, qui étaient essentielles pour leur mobilité et leur maniabilité.

Les robots  ont également développé un robot patineur auto-apprenant avec impression 3D appelé “Skaterbot”. Le robot a été exposé cette année au Forum économique mondial, où il a également participé à un match de hockey sur glace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *